glider1glider1glider2
glider2glider2glider2
glider3glider3glider1
glider4glider4glider4
logo news logo news logo news logo news

Merci de votre visite en ce Vendredi 18 Aout 2017!

Les réunions de fin d'années 2017 sont annoncées... Rendez-vous dans l'Espace Membre pour le planning...



Extraits de Comptes Rendus



Les comptes rendus des Diagonales sont imposés par le règlement. Ils doivent décrire le matériel utilisé, la composition de l'équipe, les circonstances du déroulement de la Diagonale, et surtout permettre de fixer par écrit tous les détails particuliers (émotions, incidents, hauts et inévitables bas) qui font que chaque Diagonale est unique et personnelle.


Loin d'être une corvée, cet exercice d'écriture (dont la longueur n'est pas imposée) est l'occasion pour le diagonaliste de revivre sa Diagonale et d'exprimer ce qu'il souhaite en conserver dans son souvenir.


Voici quelques extraits de comptes rendus, parmi le grand nombre d'extraits publiés dans les éditions du Petit Diagonaliste, le bulletin semestriel de l'Amicale des Diagonalistes de France (il s'agit ici d'extraits de comptes rendus constituant les Revues de Passages des Diagonales depuis 2004 et tirés au hasard. Si vous visitez cette page ultérieurement, vous tomberez peut-être sur d'autres comptes-rendus! Bonne lecture



HUMOUR, TOUJOURS!

Triangle D-H-M-D pour Jean DEWAELE, en solo pour débuter et finir, avec deux compagnons entre Pays Basque et Côte d'Azur...
Annette et Marc ont écrit un petit mot malicieux à la page du contrôle de Dax, ville thermale. Ce petit mot nous invite à marcher à l'eau claire! Or, le contrôle en question s'est fait dans une pharmacie! Annette et Marc, ne voyez dans ce geste aucune provocation ni mauvais esprit de notre part. Cela est purement fortuit!

Jean DEWAELE, Philippe JONAS et Jean-Bernard ENGRAND (H-M)


Brest, mardi 7 juillet... Rue Colbert. C'est là que ça démarre. Un bref coup d'oeil à gauche, rue de Siam, me laisse apercevoir, dans la lumière blafarde des lampadaires, le pont de la Recouvrance qui agit comme le mur de marcel Aymé dans "Le Passe-Muraille". C'est la porte de l'aventure qui, une fois franchie, vous ouvre un ruban d'asphalte de plus de mille kilomètres. J'en suis encore au briefing. Je rêve en pédalant. Il n'est que quatre heures après tout. Je passe devant le Conseil du Respect du Règlement. Un type s'avance. Petite moustache, sourire avenant, yeux rieurs. Il me toise du regard, m'observe longuement et daigne enfin prononcer quelques mots: Règlement, ça vous dit? Je me pose la question: Et si, tout à coup, j'étais atteint de décalophtalmie (ne pas avoir les yeux en face des trous)? Je me secoue le chef avec vigueur. Faut bien se réveiller. Brusquement, j'entrevois le visage de quelqu'un de connu et particulièrement sympathique, Monsieur le Président des Diagonalistes de France. En personne! Chemin faisant vers Guipavas et Landerneau, il me passe en revue les versets du Règlement:

Il ajoute avec fermeté: Jugulaire! Jugulaire! J'acquiesce avec plaisir: Oui, Monsieur le Président. J'accepte le Credo et j'ai déjà commencé à l'appliquer. Et lui d'ajouter, prenant son air solennel: Nous verrons bien, cher ami!
Il me donne ensuite son aval et sa bénédiction pour entreprendre cette traversée de la France. Je le salue de la main sans aller jusqu'à ôter mon galurin protecteur, trop bien fixé sur mon occiput! Roule, roule, mon petit gars, me dis-je pour me donner du coeur à l'ouvrage.
J'entends dans le brouillard dense et froid les derniers propos de mon Président: Maintenant, tu (il est passé du vouvoiement au tutoiement car il a vu qu'il avait affaire à un apôtre zélé et obéissant)... tu peux appuyer sur les pédales de ton célérifère comme bon te semble, lutter contre les éléments and so on... Et, si à Comana tu aperçois une flèche, ne te laisse pas impressionner par le mirage. Tu verras seulement l'église et non le sommet du Roc Trévezel. Appuie! Appuie! uie! uie! C'est tout juste s'il ne me conseille pas la robe de bure!
La suite du récit, parfaitement éveillé, est du même calibre. Un régal! Mais nous y reviendrons...

Jean JANSSEN (B-P)


Elle a de qui tenir, Muriel, la star incontestée du dernier Paris-Brest-Paris. Que ce soit sur le vélo ou pour manier l'humour et la plume, elle assure!
Une équipe mixte, cela surprend parfois. Des hommes à vélo, on comprend. Mais une femme? Surtout si c'est elle qui paye l'addition au complet! Normal puisque j'ai la cagnotte du groupe. Mais nous croiserons sur notre route plus d'un regard étonné. Surtout lorsque ces messieurs s'amusent à raconter qu'ils m'ont trouvée au bord de la route, m'ont donné un maillot et autorisé à les suivre à condition que je paye toutes les additions. Et ça marche, les gens semblent le croire.
Bien sûr, Muriel, tu ne savais pas que plus naïf que les Français, c'est pas facile à trouver... hors de Belgique!

Muriel CORDIER (H-D)


BRAVES GENS EN UNIFORME...
fichier 77_resized_for_png.png

C'est l'unanimité, cette année: les agents sont sympas, aux petits soins... Georges Brassens y perdrait l'inspiration! Juste après la tombée de la nuit, à la sortie de Mouriès, je passe sur une petite pierre et c'est la crevaison, à l'arrière bien sûr...

Un fourgon de gendarmerie arrive pendant que nous réparons et les deux jeunes gendarmes vont nous protéger très efficacement avec leurs warnings, tout en tenant nos vélos tandis que nous rassemblons notre matériel de réparation. Ils nous félicitent au passage pour notre éclairage et notre équipement de nuit, très visible par les automobilistes paraît-il.


Jean-Claude et Nicole CHABIRAND (M-H)


Arles: c'en est terminé de l'isolement, je suis confronté au tohu-bohu des voitures, des deux roues, des piétons. La ville vibre. Corrida, rencontres internationales de la photographie, fête du riz, affluence de touristes, j'ignore l'origine de cette effervescence. Je suis sur le qui-vive. Mon gosier brule et je ne songe nullement à l'arrêt pour faire le plein de liquide: trop de monde aux terrasses. Un motard de la police me double, son collègue roule à mes côtés, il fixe du regard la plaque de cadre de Désirée.



fichier 78_resized_for_png.png

Je suis comme dans une fiction. Un simple Diagonaliste escorté comme dans l'épreuve cycliste la plus renommée. Je ne crains plus l'accrochage. Les conducteurs des véhicules respectent les distances, hésitent à dépasser, n'abusent plus de leur priorité, affichent une politesse excessive; les piétons regardent intrigués... C'en est comique. L'accompagnement dure jusqu'au rond-point à la sortie de l'agglomération. Le policier continue sur Avignon, je file sur les Alpilles. Dommage! Je me délectais des circonstances.

Daniel MERLET (H-M)


Dernière Diagonale de l'année et fin d'un cycle pour Guy. Ce fut la seule franchement arrosée et aussi la seule avec un vent contraire de bout en bout. Et pourtant, il a de l'avance...
Hendaye est atteinte. Arrêt à l'hôtel Campanile, quelques hectomètres avant le commissariat, car on ne sait jamais... Raté une fois de plus: hôtel complet, indique son appareil à carte bancaire. Pointage en fin de soirée ce samedi, avec donc une marge pharaonique, ce qui n'était pas du tout le but recherché. Ayant expliqué la situation aux policiers, je leur demande alors la permission de me reposer toute la nuit sur un banc de leur accueil. Permission accordée, on exige juste de moi une pièce d'identité. En revanche, comme un c... j'ai décliné la proposition d'une couverture, pensant que cela irait très bien sans. Erreur, car je me suis caillé et n'ai donc pas vraiment dormi tout au long de cette nuit.
J'ai donc-bien involontairement-entendu plus ou moins les conversations des policiers de garde, et j'ai été réellement très impressionné par le recul sur leur métier, leur hauteur de vue et le vocabulaire employé. Pourtant, ils n'étaient pas officiers mais hommes de rang. Certes, ayant la quarantaine minimum, ce n'étaient pas des novices, mais on était à cent lieues de l'image du cancre intégrant la Police car ayant échoué aux concours d'entrée de la Poste et de la SNCF!

Guy LEDUC (S-H)


Un dernier café avenue de la gare et je vais vers ce poste de Police, arrivée de ma première Diagonale en 1992, il y a déjà 12 années. [...] Les fonctionnaires du poste se battent avec des roumains ou des polacks qui sont les nouveaux locataires de l'Europe. Mon carnet de route crée diversion et rend tout le monde incrédule. Ces quelques feuilles à oblitérer sont une trêve dans la violence. C'est cela une Diagonale, c'est une pause dans un monde de brutes, et il n'y aura pas, le long de ce linéaire, de place pour le moindre mouvement de foule inutile.

Bernard LOISEL (P-S)


Nous arrivons à Dax, un policier qui termine son service nous indique la direction à prendre, sur papier car il y a trop de mémorisation, dit-il. De toute façon il va nous rattraper car il habite Tercis les Bains. De fait, un coup de klaxon sympa, un salut de la main, bref une rencontre agréable à l'heure des croissants.

Jocelyne et Daniel DESAIZE (S-H)


Tout baigne, semblerait-il. Oui mais...



ET SI ON VEILLAIT AU GRAIN?...

Mardi 27 juillet, en fin de première étape...
La prochaine ville importante est Luc-en-Diois, elle est atteinte à 20h35 et un hôtel est ouvert. Son patron est au fait des Diagonales car il héberge souvent des confrères. Lorsque je redescends en tenue civile pour le diner, il m'indique être surpris à la fois de me voir ainsi et du chargement de mon vélo car il voit beaucoup de diagonalistes sans bagages. Cela me stupéfie, et pourtant je ne m'estimais pas très chargé. Mais il est vrai aussi que j'avais été interpelé par une photo de plusieurs diagonalistes se reposant à l'ombre, leurs vélos couchés sur le flanc, totalement dépourvus de bagages. Mais comment font-ils? Je suis bien curieux de le savoir...
Notre ami n'est pas au bout de ses surprises et de ses interrogations, car 4 jours plus tard...
Arrivée à Brest puis pointage au commissariat, très largement dans le délai. Toutefois, le policier de faction s'est trompé en ma faveur car je suis arrivé exactement 1 heure après celle indiquée. Je ne m'en suis pas aperçu immédiatement, mais quand bien même eût-ce été le cas, je n'aurais rien pu y faire car ce qui était écrit était écrit et un raturage eût été malséant. Mais cela me déplait souverainement et me rend d'humeur morose alors que pourtant j'aurais dû être content de réussir la soi-disant reine des Diagonales contre le vent. Les policiers étant tous assermentés, ils sont censés dire et écrire la vérité. Les quelques-uns qui s'en écartent s'imaginent probablement ne commettre qu'une faute vénielle, surtout si elle est favorable au cycliste. Mais tout de même... Cela ne va pas. Oui, maintenant c'est confirmé: les horaires de complaisance existent bel et bien. Car c'est la troisième fois en moins de 2 mois: au départ de MD, on me propose carrément d'ajouter 1 heure; à celui de DH, on me demande si c'est bien l'heure actuelle qu'il faut mettre; puis ici, à l'arrivée de MB, on me retranche d'office 1 heure. Il me semble que nos Délégués Fédéraux Marc et Annette HEHN devraient peut-être se fendre d'une lettre circonstanciée aux 6 commissaires en leur demandant d'ordonner à toutes leurs ouailles d'écrire sur nos carnets systématiquement l'heure exacte, et sans état d'âme. Quitte à ce qu'ils se fassent épauler par Dominique LAMOULLER, président de notre Fédération et Diagonaliste lui-même.
Quelle époque! Je ne suis pas mécontent d'avoir bouclé mon cycle complet avant que ces dérives aient tendance à se généraliser, mais j'éprouve honte et dégoût devant ces tricheries qui ne peuvent que nous nuire.

Guy LEDUC (M-B)


Les deux compères, Gilbert et Bernard, se sont battus contre le vent pour atteindre Dunkerque...
Je vous mets quelle heure? demande le fonctionnaire de police. Mais l'heure qu'il est, 11h45! lui réponds-je, pas étonné par cette interrogation surprenante. Il semble que ce soit la mode désormais. Aussi bien à Menton qu'ici à Dunkerque. Est-ce paresse de consulter l'horloge? Ou bien... ou bien, certains de nos collègues ne tricheraient-ils pas quelque peu, avec la complicité de l'autorité policière? Ce qui n'est pas invraisemblable, même si c'est complètement idiot. Un diagonaliste qui triche ne trompe que lui-même et se charge la conscience bien inutilement.
D'accord avec toi, Gilbert, mais encore faut-il avoir un infime reliquat de conscience morale!...

Gilbert JACCON et Bernard FAIVRE (M-D)


Trois minutes environ avant les 10h fatidiques, je me présente au commissariat. L'accueil est désert mais j'entends du bruit. Je finis par manifester mon impatience en simulant un chat dans la gorge. La même femme blonde d'age mur qui m'avait accueilli jeudi revient.

...qu'elle me répond en rigolant. Je n'aime pas que les autres trichent et je ne veux pas tricher moi-même. Elle écrit 10h00. Non mais!

Guy LEDUC (M-D)


Accommodements provoqués ou laxisme fautif? A nous, et à la Fédération, de prendre les mesures qui s'imposent, faute de quoi le doute s'insinuera parmi nous. Et ce serait la fin de bien des rêves et d'autant d'illusions...



Y'A PLUS QU'À CONCLURE!

L'aventure s'achève. C'est l'heure d'un premier bilan... chiffré!
Au commissariat, il est 20 heures trente. L'opération Perpignan-Strasbourg est réussie. Comme l'écrivait Eddius, même si cette notion est réprouvée par notre Amicale, la moyenne (14,3 km/h) a été plus du double de celle des coureurs du Tour de France (6,9 km/h): 3600 km parcourus pendant plus de 3 semaines... Et puisque l'on est dans les chiffres, j'ai chevauché mon vélo pendant 42 heures, ce qui signifie que j'étais au repos pendant 78h-42h, soit 36 heures, ou encore 46% du temps. J'ai donc amélioré relativement mon temps de repos sur une Diagonale, et on peut conclure qu'une Diagonale, c'est quand même beaucoup de repos!
Voilà qui ne m'était jamais semblé aussi évident!

Jean-Marie PIETTE (P-S)


En supplément gratuit au compte rendu officiel André nous livre ses réflexions sous le titre LA DIAGONALE DU FOU...
Grave erreur! La diagonale du fou, c'est sur l'échiquier qu'elle se trouve... Mon pôvre André, t'es complètement dans le cirage!. C'est PÉGASE mon fidèle coursier qui vient de m'interpeler à la vue de ce titre. Eh bien, non! Je ne suis pas dans le cirage, pas du tout. Sur l'échiquier, la grande diagonale traverse le jeu dans sa plus grande dimension et, lorsque le fou en prend possession, il occupe une place maitresse pour toute la partie... d'où la désignation la diagonale du Fou.
La comparaison est fort simple: BREST-MENTON traverse bien en diagonale notre beau pays, elle est de loin la plus longue, 1400 km, et représente un certain défi personnel à vouloir la parcourir dans le délai imparti, moins de 116 heures... mais j'arrête là cette similitude avancée, vu que l'épithète suivant n'est guère élogieux pour le participant que je suis... Quoique! J'entends quelquefois autour de moi ce qualificatif lancé à voix basse, voire pour certains beaucoup plus fort... Enfin! Tout est dans le ton, et je sais, je crois, je sens très souvent qu'il résonne comme un compliment. Du moins, c'est comme cela que je l'entends... Ça vaut mieux, n'est-ce-pas?
Mais au fait, que faisons-nous, nous les cyclotouristes? Des brevets plus ou moins longs, des randonnées, des voyages itinérants,des raids, etc.. Nous franchissons des cols, nous les collectionnons même, nous sommes curieux du versant caché de la montagne, nous découvrons des régions, nous traversons les Alpes ou les Pyrénées, nous rêvons d'évasion, de Cap Nord ou de Cordillère des Andes, nous faisons notre Tour de France, nous participons à des rassemblements imprégnés de la même éthique... En un mot, nous réalisons sérieusement, très sérieusement même, des "choses" sans importance, mais qui nous rendent HEUREUX... Alors, oui: LA DIAGONALE DU FOUje prends!

André BECCAT (B-M)


Alain et Annie sont partis sans Guillaume, cloué au sol par l'esclavage salarié! et ont brillamment enchainé MB et BS. Alain a confié à son fils le récit circonstancié de l'aventure. Il est temps de conclure...
Le pari est gagné: nous avons réalisé nos deux Diagonales sans coup férir. Juste des poches sous les yeux, des irritations aux fesses, des doigts gourds... et un sommeil tenace qui a failli coûter à ta mère le dessert au chocolat dans lequel son nez a failli plonger! Nous sommes en effet en ce moment assis à la terrasse d'un restaurant de la place Sainte Madeleine à Strasbourg, non loin de l'Hôtel de l'Ill où reposent nos vélos. Une bonne bouffe est l'un des plaisirs des fins de Diagonales, lorsque la douche est prise, les habits propres enfilés et le contrat rempli. Souviens-toi de nos arrivées à Strasbourg ou à Perpignan...
Pour en arriver là depuis Pré-Saint-Martin, nous avons dû batailler ferme contre les bosses, surtout en Lorraine, les travaux routiers, le sommeil, les petites routes accidentées et mal signalées la nuit, et le mauvais état de nos pneus Schwalbe, pourtant neufs au départ. J'ai dû changer un pneu à l'arrière après éclatement, et Annie, grâce à l'aide d'un habitant d'Arcis-sur-Aube, a pu changer celui de l'avant qui présentait une déformation suspecte. Mauvaise série? Pression trop élevée? Charge trop importante? Nous avons surmonté toutes ces difficultés grâce au système D, très utilisé par notre équipe, mais aussi grâce à la gentillesse et à l'amabilité de personnes rencontrées, se mettant en quatre pour nous aider. Il ne faut pas désespérer de l'humanité. Je pense aussi à ces jeunes qui, à deux heures du matin, du côté de Chevillon, ont stoppé leur voiture à notre hauteur pour nous demander si nous avions besoin de quelque chose alors que nous consultions la carte sous un lampadaire. Ou encore cet homme qui nous offrit le café dans une petite bourgade lorraine, orphelins que nous étions du premier bistrot du matin. Faites pas attention au désordre!, nous répétait-il dans sa maison aux murs noirs de suie, aux étagères encombrées et à l'évier de pierre. Mais que son café en poudre fut apprécié!
Annie accrocha un nouveau col à son palmarès, le col du Hantz, dernière difficulté du parcours, que tu escaladeras certainement un jour à ton tour en poursuivant ta série de Diagonales. Quant aux deux qui nous restent à accomplir pour achever nos séries respectives, peut-être les réaliserons-nous ensemble, le trio familial inoxydable reconstitué. Je ferai à ce sujet un mot à ton patron!

Annie et Alain CHARRIÈRE (M-B-S)


Au-delà des commentaires consignés chaque jour sur mon carnet de route dans les lieux de contrôle, il faut bien que j'avoue que la réalisation d'une Diagonale en solo me stresse de plus en plus. Ce défi personnel est à présent en opposition avec mes capacités, ma nature, mon physique, qui sont hélas sur la pente vieillissante! mais c'est un défi et, au demeurant, on ne change pas ce qui est profondément inscrit dans son être: il faut imposer à son corps ce que dicte sa volonté. Oui! Mais jusqu'à quand? De Gaulle a dit un jour: La vieillesse est un naufrage!... Là je suis tranquille: en qualité de cyclotouriste je ne traverse pas encore l'Atlantique à vélo!...
Et puis il faut toujours se souvenir de cette assertion d'un vétéran de mes amis: Un cyclotouriste ne vieillit pas, il mûrit!...

André BECCAT (S-B)


Noël BOUL'CH a bouclé son cycle de 9 Diagonales avec un H-S de rêve. Mais comme il l'exprime si bien, vivre en Diagonale c'est une grande loterie. Celle-ci galère, celle-là nirvana ... C'est la loi du genre!
Première heure de pédalage sous la pluie. La météo était pourtant bonne mais les nuages sont bloqués par la chaine des Pyrénées. Tout rentre dans l'ordre après Bayonne. Temps sec, température idéale et surtout vent du sud-ouest. Les jours suivants ont été conformes à cette première fin d'après-midi, avec un vent qui a atteint son paroxysme le mercredi au point de parler de tempête. L'ayant dans le dos, je ne pouvais que m'en féliciter mais j'ai tout de même rencontré ce jour-là un arbre en travers de ma route. Au message d'encouragement d'Annette et Marc me souhaitant bon vent et bonne météo, je ne pouvais pas mieux espérer. De mes 9 Diagonales j'ai bien entendu connu, comme tout le monde, des fortunes diverses. Dans une activité qui ne peut être plus dépendante des caprices d'Eole et de la nature, on ne peut pas avoir échappé à toutes les infortunes. Fort heureusement la fortune arrive aussi quelquefois et cela a été le cas. J'ai eu une chance que je pourrais qualifier d'insolente, une chance qui amène à se poser des questions... une chance d'avoir la fenêtre météo de l'année et même peut-être au-delà, celle de ce début de siècle.
Il n'y a que des diagonalistes pour savoir être aussi objectifs! D'habitude, en vélo, le vent est toujours... contraire!

Noël BOUL'CH (H-S)


La seconde épreuve de la Diagonale est le compte rendu... Ce dernier doit se faire à chaud car les souvenirs, bons ou mauvais, s'estompent malheureusement rapidement.
Le syndrome de la feuille blanche, chaque randonneur-diagonaliste l'a connu: Qu'est-ce que je vais pouvoir leur raconter?

fichier 90_resized_for_png.png

En effet, l'immersion dans ce monde parallèle qu'est une Diagonale isole le participant du monde des autres vivants pendant trois ou quatre jours. Tout n'est que sensation, les sens retrouvent toutes leurs fonctionnalités, le corps est occupé à gérer au mieux son potentiel tandis que l'esprit vagabonde, passant d'une concentration intense lors d'un itinéraire délicat (traversée de grande ville par exemple) à un état de semi-hypnose, en se remémorant des idées ou des actions plus personnelles. Ne vous est-il jamais arrivé d'effacer complètement des portions de route, l'esprit étant parti sur des considérations qui n'ont rien à voir avec votre Diagonale? Une Diagonale mêle pour le randonneur solitaire la partie physique et un côté spirituel. On part aussi à la recherche ou à la rencontre de soi-même. On se demande comment on réagira dans telle ou telle situation, comment on saura élucider ce problème mécanique ou physique...et trouver la bonne solution. Le restant de la randonnée n'est qu'anecdotique, fait de rencontres...


Pascal COUDERT (D-H-M)


Voilà une excellente conclusion à ce large échantillon de vos témoignages. Anecdotes certes, mais elles donnent toute la saveur de l'authenticité et du pittoresque à ces longues chevauchées dont la narration pourrait être redondante et fade. Tout le reste, qui est peut-être bien l'essentiel, n'appartient en propre qu'à chacun de vous, seul et sans partage. C'est le butin que vous avez conquis dans une chasse au trésor que je vous souhaite de poursuivre longtemps encore.






fichier go_toppage.png

 

Avertissement

 

Les personnes photographiées sur cette page, acceptent tacitement de figurer sur les pages de ce site internet. L'auteur s'engage à vérifier que les clichés et les annotations ne concernent que les Diagonales de France et la pratique du cyclotourisme à l'exclusion de tout autre commentaire. Cependant, pour préserver les libertés individuelles de chacun, chaque personne bénéficie d'un droit de retrait dont elle peut faire usage, n'importe quand, en suivant ce lien